Répondre
suzanne lam
Messages : 93
Enregistré le : jeu. mars 21, 2019 12:20 pm

privatisation des barrages

Message par suzanne lam » ven. oct. 25, 2019 1:40 pm

1ère réunion pour un comité de défense contre privatisation des barrages en France et surtout en Ariège.
Mercredi 9 octobre 2019

Ce compte-rendu sera surtout sur un rappel de l’historique des barrages.


1946: EDF est lanceé par Marcel Paul (Le 27 mars 1946, il propose la nationalisation de l'énergie et organise la création d'EDF-GDF, qui est votée le 8 avril 1946 -source wikipedia), ouvrier électricien et résistant 2nde guerre de 1939-1945 et syndicaliste.
L’idée à cette époque est, consommer et s’adapter la production. Il y a alors une sûreté et une rentabilité du réseau.

1950 à 1960: construction des barrages.

1963: mise en service de la première centrale nucléaire à Chinon.

1956 à 1986: mise en service de 13 centrales nucléaires dont Albi au charbon.

1966: usine marémotrice de la Rance (énergie renouvelable).

1971: EDF développe et commercialise le chauffage électrique.

1977: centrale à l’uranium de Fessenheim.

1978: grosse coupure générale due à une panne.

1983: première centrale solaire (par miroir) à Thémis dans les P.O..

1996 à 2006: ouverture à la concurrence avec baisse de la production avec 100Md de kw/h à 16Md kw/h.
1 juillet 2007: ouverture officielle à la concurrence.

2003: 1er intéressé, Total qui achète déjà «directe énergie» sachant qu’ils paieront moins d’impôts suivi d’Edouard Leclerc dans le photovoltaïque!!!

2006: EDF bascule en Société anonyme donc n’est plus épique c’est à dire n’est plus national!

septembre 2008: approbation des charges ouvrant à la concurrence par Jean-Louis Borloo.

2015: Ségolène Royal donne des outils pour l’ouverture à la concurrence car la politique gouvernementale annonçait l’ouverture des usines à la concurrence mais cela ne s’est pas fait.
- il y a eu prolongation contre investissements >> les ouvrages de SNCF donnés à SUEZ(GDF) mais refusée par la commission européenne.

17 août 2015: première mise en demeure par l’UE de ne pas avoir encore mis en place l’ouverture à la concurrence. Le gouvernement met alors une liste d’ouvrages en vue et sans liens entre eux car les lots sont différents (ce sont des cadeaux aux profiteurs du capitalisme), mais cela fut dénoncé. Dans le rapport Battistel, les travaux parlementaires dénoncent la similitude de la situation à celle des autoroutes: «La députée de l’Isère Marie-Noëlle Battistel a interpellé, ce mardi 20 février 2018 dans le cadre des questions au gouvernement, Nicolas Hulot, le ministre de la Transition écologique et solidaire sur l’ouverture à la concurrence des concessions hydroélectriques. L’enjeu pour elle ? Tout faire pour empêcher la libéralisation annoncée, ce que permet la loi de la transition énergétique.» (source: article Marie-Noëlle Battistel interpelle… - Place Gre’net_magazine par JK).
Mars 2019: seconde mise en demeure et le gouvernement actuel est disposé à obéir mais avant il désire scinder en deux parties EDF comme le modèle allemand: une partie régulée EDF / ERTE transport, distribution, production avec nucléaire la partie engénérie et un par d’Areva; seconde partie dérégulée pour la partie commerciale. La France est la seule pour l’instant à se préparer à céder alors qu’elle ne risque rien à refuser. Dans les six autres pays, aucun ne semble céder.

Pas de positionnement pour l’instant sur la partie hydraulique mais un tri des ouvrages est prévu.
Conséquences du découpage: gros cadeaux aux concurrents et profiteurs avec:
- risques industriels
- Coûts de la maintenance
- démontage de centrale nucléaire important et coûteux.
EDF investi en G.B et à Fukushima.


2025 Loi NOTRE: échéance loi de transition énergétique
Le projet Hercule que mène le PDG d’EDF JB Lévy,et dont la presse se fait écho, vise à découper une nouvelle fois EDF avec d’un côté une partie consacrée aux activités nucléaires (à laquelle pourrait s’ajouter les grands barrages hydrauliques) et de l'autre une partie regroupant les activités restantes: énergies renouvelables, commercialisation, services énergétiques, réseaux de distribution, etc. Cette deuxième partie a été conçue pour être restructurée et privatisée. La partie distribution (Enedis) se trouve déjà dans une filiale distincte, tout comme le transport (RTE), ou encore Dalkia, EDF Energies Nouvelles,Sowee.…

NB: la durée d’une concession de barrage était de 40 ans et aujourd’hui elle est réduite à 25 ans. Avec la mise en route de l’ouverture à la concurrence cela signifie donc que les «rapaces» vont attendre moins longtemps avant de pouvoir acquérir un de nos barrages.

Rappel par les organisateurs de cette réunion, pour la pluspart, retraités d’EDF:
- incidence sur l’eau du réchauffement climatique: les Pyrénées quittent un régime minéral car moins de neige (eau nappe phréatique) pour tendre de plus en plus vers un régime pluvial (rapport Adour / Garonne).
- 70% d’eau douce est en surface dans les barrages; si on l’a laisse privatiser, elle servira à faire de la neige artificielle. Aujourd’hui, 40% de la neige est artificielle et plus tard ce sera 70% au lieu d’être distribuée pour les besoins vitaux.

Nous sommes en présence d’une guerre de l’eau!
Érigeons-nous et stoppons l’avancée des privatisations!

Pour qu’une résistance citoyenne générale se lève
V.G et S.L

Répondre